Newsletter

Follow us




Le nouveau recueil de Ahcène Mariche

« Tibernint d ssellum » ou « La toupie et l’échelle »
Comme à l’accoutumée le poète Ahcène Mariche, toujours prolifique et plein d’énergie, la muse ne le laisse jamais tranquille au point où elle l’accompagne partout.
Après avoir édité trois recueils de poésie en kabyle traduits en français et deux recueils de poésie en version anglaise le voici aujourd’hui avec deux nouvelles publications.

Vu la rupture du stock de ses trois premiers recueils en occurrence Id YUKIN, TAAZZULT-IW et TIDERRAY et la demande persistante des ses lecteurs et fans, Ahcène Mariche a décidé de les rééditer dans un même recueil qui contient 90 poèmes au bonheur des lecteurs qui ont déjà découvert sa poésie ou ceux qui vont la découvrir. Ahcène mariche nous accorde encore une fois une odyssée poétique à vivre sur 168 pages de ce recueil.
Notons que ces poèmes sont cette fois ci en version kabyle (tamazight) uniquement, vu que la demande s’est faite dans cette langue qui ne cesse d’inspirer plein de lecteurs au moment où certains se plaignent du manque de lectorat.
Notre poète nous prouve qu’il y a vraiment un lectorat en tamazight et c’est ce qui l’a encouragé à encore éditer un nouveau recueil en kabyle avec un titre déjà intriguant et qui renvois à plein d’interrogations « Tibernint d ssellum » la toupie et l’échelle où il a eu à nous présenter encore ses visions pointues, analyses et autres approches.
Ahcène mariche dans son nouveau bouquet de fleurs qu’il nous propose, sait bien que les roses ont des épines et accepte bien qu’elles nous piquent pour mieux apprécier la valeur de cette beauté et de cet amour. La première des questions qui se pose : Quel est le lien ou le rapport entre la toupie et l’échelle ? La deuxième : comment percer le secret que détient l’auteur ?
Ce recueil de 44 poèmes nous emmène sur pas mal de sentiers et de dimensions où la poésie
s’entremêle avec le conte, l’amour,la nature, le bonheur, les vicissitudes de la vie…
Que de beaux sujets encore que son inspiration lui a dicté : les stalactites, le virage de sa vie, celle qu’il aime, ses expériences, la poésie… sont les premiers sujets qu’il a abordé, puis il s’attaque à d‘autres sujets sur un autre angle comme la cage et la cordelette, le feu et l’amour, le cerveau et le cœur, l’être devenu un ballon, la nuit et le jour, …Comme il nous convie à découvrir le film de sa vie, le miroir de son cœur, le rayonnement du bonheur, la particule qu’on valorise pas...
Ayant l’habitude de faire parler les objets cette fois ci, il arrache les mots à la porte après maintes questions qu’il lui a posé. Les phénomènes de société aussi ont eu leur place dans ses écrits. Il nous parle du célibat forcé que vivent les jeunes et des problèmes qu’ils vivent quotidiennement, il demande à un célibataire endurci les raisons du retard de son mariage….
Il s’interroge sur l’avènement de la nouvelle technologie et son apport à l’information.
Avec son âme très sensible et une oreille très fine, il arrive même à écouter les pas du manque ou du besoin. Le vent qu’il entend, il sait bien l’écouter et interpréter son sifflement et la musique qui l’accompagne en l’imaginant avec sa flutte, cet air n’est guère pour une distraction mais des leçons qu’il nous dispense à qui veux bien les entendre et en tirer profits.
L’invasion culturelle a bien trouvé sa place à travers le poème tawaghit n weqbayli « le comble d’un kabyle ». Aujourd’hui nos jeunes apprennent avec plaisir toutes les langues et délaissent leur langue maternelle.

Yefreh s mmi-s
La ihedder tarumit
Yefreh s yelli-s
La thedder taglizit
Ula d tamettut-is
Tarumit, tamasrit
Netta yennedh yiles-is
Taareq-as teqbaylit
Il est comblé d’exaltation
Puisque son fils parle français.
Il est comblé d’enchantement
Puisque sa fille parle Anglais.
Même sa femme, également,
Maîtrise Egyptien et Français
Quant à lui, il remarque à ses dépends
Qu’il vient d’oublier son propre parler
La dégradation de la nature a poussé ahcène à tirer la sonnette d’alarme. Il nous montre nos tords de voir les choses en arriver là et nous propose de faire un effort, de s’intéresser à la nature et à la propreté car cela va de notre intérêt.


Ggten ghurnegh wafrasen
Ilefdhan ufan d amkan
Nehres tezdeg dayen
Ala axxam itt id issuhen
Tehjeb ghef yemdanen
Wid yessluxuxen zgan
Trop de détritus aux environs
Les ordures y ont trouvé place
La propreté se fait rare à présent
Elle se limite à notre petit espace
Elle a disparu du quotidien des gens
Là où dominent les habitués de la crasse
A la fin du poème il dit :
Wistehzan di twennat
Deg negh akk i istehza
Ayamdan ma taundet
Dtasraft iyi man negh neghza
Iyaw ad nefress yal tamat
Wad nilit d imenza
Qui se « moque » de l’environnement
Se moque de notre propre vie
Si nous imitons ces ignobles gens
Nous nous jetons dans un puits
Retroussons nos manches dès maintenant
Et donnons l’exemple à autrui
Passant de la réalité à l’imagination avec plein de symboliques Ahcène Mariche est arrivé même à imaginer une course entre le mensonge et la vérité où cette dernière a donné de l’avance au mensonge mais à la ligne d’arrivée la vérité est bel et bien arrivée la première et s’est mise à se moquer de son concurrent au point même de l’humilier.
Rien ne lui échappe dans ses écrits, même le mot qui lui a échappé d’entre ses dents il a pu le rattraper sur les pages qu’il noircit et s’en occupe bien pour lui trouver la place qui lui sied bien dans ses poèmes.
Quand les choses de la vie pèsent trop sur lui, il veux sortir de sa peau imagine l’inimaginable et pense à s’infliger une torture telle pour pouvoir revenir à la revenir, à sa réalité et mieux la supporter. Il prépare son lit avec de l’ortie pour apaiser ses souffrances et calmer ses nerfs, son oreiller n’est que le jeunet. Il se fait entourer de soupirs, de cris, de ronflements… tout ça pour se maintenir en éveil. A toute épreuve il laisse place, il a fait boire sa bouche tout ce qui est amer et tout ce qui est puant afin qu’elle ne puisse rien articuler.
On note aussi que cette fois ci notre poète a voulu partager certains autres détails avec ses lecteurs puisqu’il donne même à la fin de presque tous les poèmes l’heure, le lieu et la date quand il a écrit ses poèmes. Honnêteté intellectuelle oblige, il site aussi les personnes qui l’ont inspiré ou qui lui ont donné l’idée pour écrire.
Voici donc le menu auquel Ahcène nous convie, à chacun son goût et à chacun son appréciation. Nous vous laissons prendre le plaisir de savourer et vivre cette expérience.
Ahcene Mariche ne nous laisse pas sur notre faim et comme dessert, il nous parle déjà de la prochaine édition en France chez les éditions SEFRABER de son recueil « confidences et mémoires ». Il compte éditer ce même recueil en langue arabe dont la traduction est achevée par Abderezak Abdi professeur à l’université mouloud Mammeri de Tizi ouzou.
Avec Ahcène Mariche on ne chôme jamais, il y a toujours quelque choses qui se prépare pour plein d’aventures littéraires et artistiques.
07 recueils de poésie en même pas quatre années est bien la preuve de son courage et de sa détermination à aller de l’avant, car son viatique est assez riche.
Il nous dit « je garde jalousement plus de 400 autres poèmes pour mes futures publications »
En attendant, savourons le présent avec son présent en attendant son futur avec ses présents.
M Mayas (08/05/09)

Dernier Receuil de Ahcene Mariche en deux langues (Mai 2008)

Tawaghit n weqbayli (Taqvaylith)
Yefrah s mmis
La ihedder tarumit
Yefrah s yellis
La t hedder taglizit
Ula dtamettut is
Tarumit, tamasrit
Netta yenedh yiles-is
Taareq as teqbaylit
***
Ur yelli iten isduklen
Ferqen am yirden f lluh
Dtawaghit mi ara heddren
Dtadhsa xas ur ttcuh
D accewccew i ccewcciwen
D ameqran negh d amectuh
***
Ad ten id ijmaan ur yelli
Yal wa d i texxamt wahdes
Yal wa ghef i itt dhili
Dahwas id it yahwes
Teccaten akk tilizri
Yalwa sanda ighewess
***
Yal wa id id yudjew
Si tmetti deg i yeghreq
Yal wa laaib id yessew
Netta yeqqar ilaq
Yemmatsen thefdhed aslilew
I dderya yaaraq lmentaq
***
Idles n ledjnas merra
Gher twacult yella
Ma testeqsadh f kra
Tiririt tezga tella
Mi s d tudredh Tamazgha
Akyini d acut waya
***
Ghur sen saan “l’avance”
Tzad assen lefhama
Nekni di “retard” neghdhes
Ur nessin acemma
Ayamghar ekker bges
Ay k iruhen ass-a
***
Iyal idles gan azal
Ayla n sen heqrent
Yiwen ur d yendekwal
Aammden akk nekrent
Akud la yettazzal
Yal later dheyaant
***
Ma twaladh gher llebsa
Yal wa s irabuben is
Wa in aaryan yedda
Wayed s ujellab is
D acu iten is dukelen da
Ala isem n twacult is
***
Wa itezzel wa ikerref
Wa iaabbed wa yekkfer
Wa yezga d imcennef
Wayedh yezga isekker
Yal wa ddin deg yettef
Deg ubrid is icewwer
***
Anda id negra ass-a
S tkemmict yettawi nnif
Mkul mi neqdec f kra
Qqaren agh yewwiken wasif
Nekni i n xeddem nezra
Asiffi nezga nett siff
Lxir ghur negh id yegra
Idles izdegh agh adif.
Le comble d’un kabyle (Français)
Il est comblé d’exaltation
Puisque son fils parle français.
Il est comblé d’enchantement
Puisque sa fille parle Anglais.
Même sa femme, également,
Maîtrise Egyptien et Français
Quant à lui, il remarque à ses dépends
Qu’il vient d’oublier son propre parler.
***
Nul indice ne les unit,
Par contre tout les sépare.
Quand ils discutent .Quel gâchis !
En rire, ne soit pas avare !
En réalité, c’est du gazouillis,
Du plus petit au vieillard.
***
Que peut-il bien les réunir,
Chacun d’eux est dans son coin.
Tout ce qu’ils sont capables de saisir
Le happent et devient sien.
La télévision est leur seul loisir
Où chacun trouve son chemin.
***
Chacun est désormais imprégné
Par la société qu’il partage.
Chacun est, par un vice, contaminé,
Le trouvant hélas, comme avantage !
La mère s’initie aux youyous étrangers,
Les enfants semblent perdre leur langage.
***
La culture des peuples, à l’échelle mondiale
Trouve, en la famille sa racine.
A toutes les questions banales
Une réponse s’achemine
Quant à Tamazgha, terre ancestrale,
Ils ignorent son origine.
***
Ils prétendent être en avance
Et détenir l’instruction.
Mais on nage dans l’incompétence
Nous qui sommes ignorants.
Oh !vieillard sert ta ceinture et fonce
Que reste-t-il de tes valeurs à présent ?
***
Toute culture est protégée
Eux, ils négligent leur acquis.
Aucun d’eux ne semblent déterminé
Pour la déterrer de l’oubli.
Le temps fuit désormais,
Mais toutes les traces sont bannies !
***
Du côté vestimentaire,
Chacun a choisi son penchant.
L’un est presque découvert,
L’autre, une djellaba à capuchon.
Le seul et l’unique lien du frère
Demeure bien leur nom !
***
L’un s’étire l’autre s’accroupis,
L’un médite, l’autre se donne à l’ivresse.
L’un s’enfonce dans l’avanie
L’autre, dans l’hérésie progresse.
Chacun la religion dont il est épris,
Dans sa vie, il s’empresse.
***
Hélas ! Quelle triste fin
Pour la minorité honorable ?!
Chaque fois que l’on veut faire du bien
On nous traite comme des incapables.
Mais on est conscient de notre dessein,
Nous y demeurerons infatigables.
La propreté nous appartient,
La culture est notre héritage inaliénable..

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Autres Recuils de Ahcene Mariche

Ahcene Mariche le poete
A travers les montagnes enneigées
Honorables amis de la Kabylie !
C’est grâce à vous que je suis fasciné
Et saisi par l’art

 

de la poésie.
Nos espérances s’avèrent partagées,
Essence évidente de notre vie.

Moi, je ressens vos intimes pensées
Au moyen de mon créateur esprit
Rimer est ma seule voix préférée
Indissociable de tous mes écrits
Comme ce poisson qu’on a balancé
Hors de l’eau où d’habitude il vit
Elle vient s’imposer à mes idées,

Les ajuste et les arrange en série
Et finit toutefois par vous ...


La perle

La perle parmi d’autres prunelles
N’est que perle simple et ordinaire.
Prise sous un autre aspect circonstanciel,
Sa valeur augmente les enchères.
A l’image de chaque demoiselle,
Jugée à l’écart, elle paraît super.

Tous les épis rayonnent d’élégance
A travers le champ de blé.
Sauf celui qui se balance
Etant vide et léger.
Les femmes ont cette ressemblance,
Choisis celle qui est bien tournée.

L’argent ne peut être que l’argent,
Il est richesse pour son possesseur.
Il arrange même le ...

Sois toi-même
Sois toi-même simplement,
Ne te mêle guère de la voisine.
Ne t’acharne point et évite l’émulation,
Qui veut se défouler, tambourine.
Tu connais qui t’a doté d’un nom
Quand il prête serment il ne le piétine.

Chacune est enfouie dans sa pèlerine,
Toi aussi, reconnais et protège ton bien.
Chacune s’identifie à sa racine,
Toi aussi respectes ce que tu détiens.
Elève-le vers des cimes qui culminent,
Que seul l’érudit atteindra.

Tant pis pour qui veut se dénuder
Ou celui qui dans la déchéance échoue.
Quant à toi, préserve bien ton ...


--> Aider Ahcene en achetant ses ouvrages et lire la suite du poème
Biographie de Ahcene Mariche
Ahcène Mariche est né le 21 février 1967 à Tala Toulmouts dans la commune de Tizi Rached la région du grand poète si mohand u mhand à l’est de la ville de Tizi Ouzou en grande Kabylie Algérie.

Etant au collège Laïmèche Ali de Tizi Rached, entre 1979 et 1983, ses professeurs découvrirent en lui le germe de l’écriture et son amour pour la culture. Une fois au lycée Abderrahmane El Ilouli qui a vu naître les : Matoub Lounès, Izri Brahim, Amghid..., malgré une orientation en série science, Ahcène trouva le milieu propice et commença a signer ses premiers poèmes exactement en 1984 .
En septembre 1986 il entra a l`Institut technologique de l’Education pour devenir professeur de physique et là aussi les activités culturelles lui collent à la peau et signa plusieurs poèmes .
Ayant obtenu son diplôme, en septembre1988, il entama une carrière dans l’enseignement au collège de Tizi Rached, comme professeur de physique. Très communicatif, la mission lui a été très facile.
Deux années plus tard, il crée avec ses amis un club de correspondances et voyages au niveau du centre culturel de Tizi Rached où plusieurs activités furent organisées pour la promotion de la jeunesse et de la culture.
L’université de Corvalis aux Etats-Unis d’Amérique a publié son poème Sidi Valentin dans la célèbre anthologie « TO TOPOS ». au printemps 2005
le Haut commissariat à l`Amazighité lui a publié 06 poèmes dans une publication collective pour 14 poètes intitulée Tibhirt n yimedyazen en 2005

Il a édité son premier recueil de poésie intitulé : Id Yukin (Les Nuits Volubiles) composé de trente deux poèmes en kabyle traduits en français et compte 113 pages où il aborde divers thèmes : l’amour dans tous ses états, la femme, le rêve, la paix, la beauté, la nuit, la vérité, l’ingratitude.

Apprécié, 11 mois plus tard, il édite son deuxième recueil qu’il a intitulé jalousement : Taâzzult-iw (Confidences et Mémoires) composé pour sa part de 25 poèmes et compte 122 pages.
il viens juste de terminer son troisième recueil intitulé Contusions "Tiderray"
composé de 33 poèmes et la version anglaise de son premier recueil intitulé "Voluble nights "
"Confidences et mémoires" va être édité en France en juillet 2007 chez la maison d éditions SEFRABER.
Plus de 300 autres poèmes attendent leur tour pour être édités.
Publications de Ahcene Mariche
1- IDH YUKIN (les nuits volubiles) édité en juin 2005.
2- TAAZZULT-IW (confidences et mémoires) édité en mai 2006
3-
TIDERRAY (contusions) édité en juillet 2007. Acheter
4-
VOLUBLE NIGHTS (version anglaise de Idh yukin) édité en juillet 2007. Acheter
5-
CD de poésie sur fond musicaux du deuxième recueil Taazzult-iw. Acheter
6-
Carte de Voeux de Saint Valentin. Acheter
Interview de Ahcene Mariche

 

 

Le citoyen : comment es-tu venu à la poésie ?

Ahcene Mariche : ma sensibilité intense, mon regard pointu sur les choses de la vie , mon amour pour la culture en général et le caractère héréditaire ont été les facteurs les plus important qui m’ ont orienté vers la poésie.

Je ne peu dire ni comment, ni quand cela s’est produit, je sais simplement que je me suis retrouvé dedans en signant mon premier poème quand j’étais au lycée de larbaa nat iraten en 1984. Et depuis l’aventure a commencée.

 

Le citoyen : quels sont les poètes qui vous ont marqués et ceux dont vous avez subit l’influence ?

Ahcene Mariche : la listes des poètes est longue, principalement Ait Menguellet, Ben Mohamed, Benhanafi, Slimane Azem , Beaudelaire, Jules antoine , Ben guitoune...

Concernant l’ influence :Ait Menguellet ,Matoub lounes, Zedek Mouloud, Slimane Azem, Cherif Kheddam , Cherif hamani, Rudyard kupling en ont vraiment fait l’effet sur moi.

Le citoyen : Pouvez-vous nous donner un résumé de chacun de vos recueils ?

A.M : j’ ai déjà édité quatre recueils sur le marché à compte d’auteur.

le premier recueil s’intitule Id yukin( les nuits volubiles) composé de 32 poèmes en kabyle traduits en français édité en juin 2005

Je l’ai voulu, une exploration d’univers sans frontières et guidé par une inspiration surgissant dans tous les recoins temporels de mon âme et de celles des miens. Je m’interroge : dis moi ?,quels sens ?, où es tu donc ?, que m’es-t il arrivé ?,...

C’est aussi un désir de voir clair, de se libérer des prisons linguistiques qui incarcère l’infini du sentiment et l’horizon de la langue.

Je me suis aussi livré à des analyses que j’imprègne de regards scientifiques sur les choses de la vie et la société en général.

Le second recueil : Taazzult-iw (confidences et mémoires) composé de 25 poèmes en tamazight traduits en français édité en mai 2006

C ‘est une aventure au royaume de l’amour « où il n’y a ni Roi, ni couronne, ni esclave, ni chaîne » j’ai rendu un vibrant hommage aux couples amoureux à travers le poème saint valentin.

J’ai accordé volontier une visite guidée dans les sujets où la saveur, la portée, la philosophie sont les éléments de mes équations que j’aime proposer à mes lecteurs.

Ce recueil me renvois à chaque fois à cette citation « le poète est un géant qui passe sans efforts par le trou d’une aiguille, et un nain qui rempli l’univers »

Le troisième recueil :Tiderray(contusions) est composé de 33 poèmes en tamazight traduits en français édité en juillet 2007.

Dans ce recueil, j’ai mis le doigt accusateur sur les phénomènes sociaux, la jalousie, le bipage, ... j’ai fais parler le couteau et raconté ses déboires, ses moment de bonheur.. Décris l’inspiration cette fidèle inconnue.. J’ai revisité les cauchemars de la vie qui garantissent le sursaut.

C’est aussi un vrai pèlerinage du passé récent avec ses cicatrices au fond de mon âme pour demander le pardon.

J’ai fais plein de constats, sur notre société avec ses failles et torts, l’actualité, l’amour de l’argent, les limites de la santé,l’imitation aveugle et les moeurs de nos jours.

Adorant l’énigme, je transmets des messages codés à ma dulcinée ZIVKA à travers 7,5 et 27,5.

Le quatrième recueil : Voluble nights c’est la version anglaise de mon premier recueil « id yukin » composé de 32 poèmes traduit par Dalila Ait salem et préfacé par Nabil Boudraa professeur à l’université aux USA.

Le citoyen : quelle est la thématique qui revient dans votre oeuvre? et les autres thèmes traités ?

A.M : le thème générique c’est bien l’amour, mais les facettes sont changeantes selon l’inspiration, la société avec ses tares multiples...

Les autres thèmes sont : les rêves, la déception, l’inspiration, la femme, la santé, l’expérience de la vie, le destin.....

Le citoyen : pensez vous traduire les poèmes édités par le HCApour le soumettre à la portée d’un plus grand nombre de lecteurs ?

A.M : étant un féru des traductions, je ne pouvais rater cette opportunité.

Les six(06) poèmes édité par le HCA dans « tibhirt n imedyazen » Je les ai édité déjà dans mon premier recueil donc il sont traduits en français et en anglais dans voluble nights.

Je signale que quelques uns de mes poèmes à ce jours ils ont été traduits en 10 langues : français, anglais, arabe, allemand, italien, japonais, chinois, espagnole, danois et russe.

Le citoyen : Quel état des lieux fais-tu de la poésie en tamazight ?

A.M : La poésie en tamazight à toujours été le maître mot chez les imazighen et le demeure chez ceux qui connaissent sa valeur. La kabylie recèle de vrais talentueux poètes mais il n y a pas d’espace d’expression pour eux d’ailleurs des tonnes de poèmes croulent dans les recoins des maisons kabyle ou bien dans les mémoires de nos vieux.

Le peu de poètes qui ont pu éditer c’est par un vrai grand sacrifice qu’ils ont pu le faire. Il y a encore de grands poètes à lire et a écouter avec passion, il suffit de chercher.

Le citoyen :quels sont les grand noms de la poésie en tamazight ?

A.M :les grands noms sont : Yucef ukaci, Si mohand u mhand, Ccix mohand, Slimane Azem, Ait Menguellet, Ben Mohamed, Ben Hanafi, Hadjira Ubachir, Zedek Mouloud, Cherif Hamani, Mourad rahmane....

Le citoyen : Quel est le style de la poésie de Ahcene Mariche ?

A.M : ma poésie se situe entre la poésie classique d’une certaine manière par sa structure, sa forme.. Et la poésie moderne vu les nouvelles touches que j’ai pu apporter dans mes regards, la manière d’écrire, la touche scientifique, énigmatique et la nouvelle thématique que je veux comme nouveaux souffles à notre poésie pour sortir du cercle habituel et y aller à l’universalité.

Le citoyen : Quelles sont les qualités d’un bon poète ?

A.M : un bon poète est celui qui obéit à son inspiration et se laisse guidé vers son monde à lui comme il le veux et ne cherche pas ses mots. C ‘est celui qui ne se cherche pas mais se retrouve dans chaque situation.

Le poète n’est pas un maçon et les mots ne sont pas des briques.

Pour ceux qui ont l’art et la manière de ciseler les mots, leur capital sagesse et savoir sont important pour un travail de qualité.

Un bon poète c’est aussi celui qui est en avance sur son temps car il ouvre les yeux aux gens, leur réduit le temps et l’espace avec ce qu il conçoit bien.

Le citoyen : les poètes et écrivains en tamazight rencontrent-ils des difficultés pour publier ? Si oui, pourquoi ?

A.M : ils rencontrent de sérieux problèmes pour publier, il n y a pas de prise en charge de l’oeuvre en tamazight, les éditeurs privés ne s’intéressent pas trop car leurs soucis majeurs c est le gain rapide et pensent qu ‘il n y a pas un grand lectorat en tamazight et c’est faux.

Mis a part quelques éditeurs sérieux et convaincu ceux ci ne peuvent satisfaire tous le monde ni même ils peuvent dénicher l’oiseau rare.

La majorité des auteurs en tamazight, ils ont édité à compte d’auteur ou bien ils sont passés par le HCA qui donne un grand coup de main aux jeunes auteurs.

L’impression des livres reste toujours chère et inaccessible aux auteurs, puis il n y a pas de politique de livre concernant le tamazight.

Puis, les nouvelles recommandations concernant l’écriture de tamazight s’ajoutent aux lots de problème vu que la majorité des auteurs en tamazight ils n’ont pas étudié tamazight. Ils sont autodidactes.

Ne parlant pas du problème des libraires et distributeurs qu’ils rencontrent souvent.

Le citoyen : quels sont tes projets ?

A.M : mes projets sont multiples : après avoir édités quatre recueils de poésie et un cd audio de ma poésie accompagnée de musique, j’ai mis la machine en marche : j ‘ai un recueil de poésie en anglais « confidence and mémories »qui va paraître dans deux mois.

Ce même recueil sortira quelques mois après en langue arabe

Comme je viens de terminer un autre recueil en tamazight qui sortira juste après les deux. S’il y a concours d’un éditeur je suis prêt à les éditer les trois en même temps.

Je vais éditer aussi un VCDDVD de ma poésie que j’ai déjà filmé et me reste que quelques poèmes pour terminer le montage. et

Mon recueil de poésie TAAZZULT-IW (confidences et mémoires) sortira en France dans quelques semaines chez les éditions SEFRABER

Le citoyen : quel est votre dernier mot ?

A.M : je vous remercie infiniment de m’avoir ouvert vos colonnes pour m’exprimer sur mon oeuvre et projets.

 

 

Contact Ahcene Mariche
Portable +213771 50 3 2 63
Email
ahcenemariche@yahoo.fr


Laisser un commentaire pour Ahcene Mariche

Messages:

Mazouz Mounir mmazzouz@yahoo.fr Sousse, Tunisie 23 Sept 2009
je suis tres enchaht de ce que vous faites comme poeme,si vous me permettez de les traduire pour moi meme,tt en respectent vos droits;Allah m`aaaak
Rezak Ait Abderahmane rezak87@hotmail.com, Tizi Ouzou, Algeria 11 Aug 2009
azul a da hcen,je sui ta poesie atontivemont et jaimerais bien davoir locasion de se voir ou.... moi aussi je fait de la poesie je sui entrin de preparer un petit bouquin de poesie je te souhet une bonne contuniation. Tel. 0776673690/09121987
Larami Sofian zizou_2011@hotmail.fr AEH, Tizi Ouzou, Algeria15 May 2009
J`ai un amis qui ecrit des poemes comme toi il remplit son cahier il veut ecrire un livre de poesie que ce que tu lui donne de conseille ?
Samira mtlsamira@yahoo.ca Gasp., Canada 18 Apr 2009
Azul ,
Oh !que c`est beau ce que vous écrivez!
Vous savez ,je suis une femme iytewhimnara ama dhi :L`argent,la beauté ,....mais devant les paroles!!! (les belles paroles ,comme les votres) je reste émut.
Vous savez, j`aime beaucoup vos poemes,surtout ou vous disiez :
Hamlaghkem karhaghkem akeni ithelhidhe ethwaaradh
hamleghkem karhaghkem akeni ithhedhkadh ithqevhadh..
Ah ! J`ai beaucoup aimé celui la!
Thanmirth agma et Bon succes
Lynda - lynda.belaidi@yahoo.fr Montreal, Canada Mars-2009
Azul,
Je veux juste vous dire que adisseqwo rebbi thimithalik et inchallah la culture berbere atoufrare yek dhithmoura .
Bonne continuité
F.Baleh- baleh.canada@yahoo.fr Quebec, Canada Feb-2009
Azul Agma,
J`ai déja entendu parlé de vous quand j`étais en Algérie ,mais honnétement je connaissais que votre nom.Maintenant grace a mon cousin Hacene, j`ai eu l`occasion de découvrir qui vous étes ,et de lire quelques uns de vos poemes que j`ai beaucoup aimés.
Pour cela, je vous souhaite une bonne continuité et inchallah atghelthadhe ayni ithkhedmadhe aka pour l`identité Bérbere.
BRAVO
AhceneDjaroun- kabyle10@hotmail.com Johannesburg, South Africa Oct-2008
Azul fellak Agma,
l am just going through your poems and all what you did so far, so l am writing to wish you all the best and more succees in all what you doing for the future,peoplelike you are making our culture bright and famous.well done !
from Ahcene in johannesburg.
haddadi - haddadi10@yahoo.fr 30-May-2008
ce que tu fais est tres beau et ainsi que ta façon d`interpreter ta poesie.
une fan
Cherif - chefcherif2000@yahoo.com 12-May-2008
Bonjour a Hsen,
J`aimerais avoir le email de femme qui vous a traduit vos textes en francais... J`aimerais lui confier aussi mon travail.. Merci
Cherif
Ali - mariche_ali@yahoo.fr Metz, France 29-Apr-2008
hello
my best regard for you , after i have been visited germany last month ,hambourg and sarrebrucken ,i have met a differents people ,i disscussed about you and send a copy of your book ,a germany people are very interested and atracted by your job its a wonderfull ,i wish that our god bless you mr mariche
Fatma Canada 28/04/08
Bonjour
Je viens de vous decouvrir a travers berberosaharan,j`ai aime vos poeme ,je vous souhaite une bonne continuite
Nina Royaume unis & France 04-Apr-2008
J`aime beaucoup!
Merci de me l`avoir fait decouvrir Hacene!
Ca donne envie d`en lire plus!
Ou peu ont trouver ces livres?
Merci, Bon week end, Nina
HacèneBaleh - www.berberosaharan.com Sydney, Australia Date: 03-Apr-2008
Ahcene, vous avez honorez les Imazighen du monde au moment difficile ce qui fait votre travail mille fois plus apprécié. Berbero Saharan Handicrafts et moi même vous encourageons a poursuivre votre but jusqu`a son aboutissement. Vous avez tout notre support. Bon courage mon frère Amazigh.
Hacène (Propriétaire de Berbero Saharan Handicrafts)





View Cart  

No products

Shipping A$0.00
Tax A$0.00
Total A$0.00

Prices are tax included

View Cart Check out

Shipping Rates

Ads